Rachat de crédit, le point sur ces assurances

rachat de crédit-crédit assurance

L’assurance emprunteur est importante car elle permettra de payer les mensualités ou le capital restant dû en cas de malheur. Souscrire une assurance lors d’un rachat de crédit permet d’assurer la sécurité de son conjoint et de sa famille. Ce n’est pourtant pas une raison pour payer trop cher. D’un autre côté, il faut aussi se méfier des contrats « low-cost ».

 

Comment fonctionne l’assurance d’un rachat de crédit

Les repreneurs exigent en général une garantie décès – invalidité – incapacité, qui prendrait le relais de l’emprunteur défaillant en cas d’accident ou de maladie, voire de chômage survenant pendant toute la durée du prêt.En cas de décès, de perte totale et irrémédiable d’autonomie ou d’invalidité permanente et absolue, selon les conventions, l’assureur paiera au prêteur le capital restant dû, en fonction de la quotité choisie par l’assuré.

En cas d’incapacité temporaire de travail, suite à une maladie ou un accident, l’assureur prend en charge, au fur et à mesure de leur exigibilité, la part des mensualités correspondant à la quotité choisie par l’emprunteur sinistré. Une franchise est généralement prévue, période exprimée en jours (par exemple 90) qui démarre dès l’arrêt de travail et au-delà de laquelle seulement la garantie prend effet.

rachat de crédit

En cas de chômage indemnisé

En cas de chômage indemnisé survenant au-delà de la période de carence qui démarre à la souscription du contrat et durant laquelle la garantie n’est pas acquise, et de la franchise prévue qui suit le licenciement (après le préavis et les congés payés), l’assureur prendra en charge les mensualités dans la limite du nombre maximal d’échéances prévues au contrat par période de chômage continu.

La quotité

c’est-à-dire le pourcentage (de 1% à 100%) de prise en charge des garanties prévues en cas de sinistre affectant soit l’assuré lorsqu’il est seul, soit l’un des co-emprunteurs lorsqu’il y en deux, est généralement imposé par le prêteur en fonction des revenus de chacun dans ce dernier cas. L’objectif est qu’en cas de sinistre touchant un seul des co-emprunteurs, l’autre puisse faire face à la part qui reste à sa charge sans le mettre en situation de surendettement.

Dans tous les cas, le prêteur exigera que le cumul des deux quotités corresponde à 100%. Autrement dit, en cas d’emprunteur unique, c’est une quotité de 100% qui sera exigée. Dans les autres cas, il est possible et même souhaitable que chaque co-emprunteur soit assuré à 100%, de sorte qu’en cas de sinistre touchant l’un deux, l’autre n’ait plus rien à payer. C’est la garantie optimum.

Quels sont les points à vérifier ?

Même s’il est vrai que les contrats d’assurance sont durs à décrypter, pour éviter toute mauvaise surprise, il ne faut pas seulement se focaliser sur le tarif mais il faut notamment vérifier les points suivants :

  • l’âge auquel cessent les garanties ;
  • les périodes de carences ;
  • les franchises ;
  • l’étendue des garanties (par exemple, à partir de quelle catégorie 1, 2 ou 3 suis-je couvert en cas d’invalidité permanente ?) ;
  • sont-elles « indemnitaires » ou « forfaitaires » ?
  • les restrictions et les exclusions (par exemples, les pathologies exclues et les sports pratiqués).

 

Contrat groupe ou délégation d’assurance ?rachat de credit-delegation_dassurance

La plupart du temps, les organismes de rachat de crédit ont souscrit un contrat d’assurance groupe auprès d’un assureur au profit des emprunteurs.

Idéalement, un tel contrat présente plusieurs avantages : formalités d’adhésions simplifiées, mutualisation des risques, tarif de groupe. La réalité est moins idyllique. En effet, ces contrats comportent de nombreuses limites liées à l’âge, l’état de santé, les activités, etc. Quant au tarif, il est généralement plus élevé que les prix du marché. On verra plus loin les différences de calcul entre ces deux formules.

Heureusement, la loi Lagarde permet aux assurés de choisir librement leur assurance à condition que les garanties soient équivalentes et d’en déléguer le bénéfice au prêteur.

Ainsi, l’emprunteur pourra se tourner vers le marché pour trouver le contrat « sur-mesure » qui présente le meilleur rapport garanties/prix.

La délégation d’assurance, c’est aussi l’affaire des intermédiaires en opérations de banque (IOB) qui vous permettront d’optimiser votre refinancement.

Les modalités de calcul l’assurance emprunteur d’un rachat de crédit

La prime de l’assurance emprunteur dépend principalement de deux critères : le capital garanti et l’âge de l’emprunteur. D’autres facteurs peuvent entrer en ligne de compte, notamment : l’état de santé de ce dernier, s’il est fumeur ou non, sa profession, son sexe et, bien-sûr, la durée du prêt de restructuration ainsi que le taux d’intérêt.rachat de credit-courtier

Il existe deux modes de calcul différents de la prime :

  • les contrats-groupe la calculent sur le capital garanti et l’âge de l’emprunteur à l’adhésion : elle est lissée sur la durée du prêt et ainsi la mensualité est fixe ;
  • les contrats individuels la recalculent tous les ans en fonction du capital restant dû et de l’âge atteint par l’emprunteur, le taux augmente ainsi d’année en année mais s’applique à un capital décroissant : la mensualité augmente les premières années puis baisse au fur et à mesure de l’amortissement. Dans ce cas, la plus grosse partie de l’assurance est payée en début de prêt.

A titre d’information, sachez qu’en moyenne le coût de l’assurance représente entre 0,30% et 0,40% du montant du prêt de restructuration et qu’il représente environ 1,5 point de TEG, soit 20% du coût total du crédit.

Pour les emprunteurs âgés de moins de 40 ans, les écarts de tarifs pour une même garantie vont souvent du simple au double ! Une délégation d’assurance peut vous faire économiser 50%, voire plus, du coût de l’assurance emprunteur.Sur un rachat de crédit immobilier, l’économie peut représenter plusieurs milliers d’euros.

Dans la majeure partie des cas, les regroupements de crédits s’accompagnent également d’un changement d’assureur pour optimiser le coût de l’opération.

A qui s’adresser pour trouver la meilleure assurance emprunteur pour un rachat de crédit ?

A un spécialiste de la restructuration financière des particuliers : un intermédiaire en opérations de banque (IOB), communément appelé « courtier en rachat de crédits ». De même qu’il fera jouer la concurrence à votre profit entre ses partenaires financiers, il vous trouvera la meilleure assurance emprunteur de manière à réduire au maximum le coût du rachat de crédits pour lequel vous l’avez mandaté.

Consultante en investissement immobilier, je déniche les bonnes affaires et les bons placements en immobilier pour le compte d’institutionnels.

Ce blog personnel me permet de parler d’un domaine qui me passionne sans me restreindre !

Rachat de crédit, le point sur ces assurances